Cahier de Mondial 2018 – Entrée #1 : “Danse avec les Tsars…”

Le 14 juin 1864 – un printemps où il faisait beau –, la petite ville de Marktbreit am Main (Marktbreit sur le Main, pour les non-germanophones), sise dans le district de Basse-Franconie en Bavière, a vu la naissance d’Alois Alzheimer, psychiatre, neurologiste et neuropathologiste allemand, célèbre pour avoir le premier décrit la pathologie qui porte son patronyme. Une maladie neurodégénérative qui se caractérise par la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire. La perte de mémoire est un symptôme qui affecte toute une frange de la population mondiale l’été des années paires, la vie sociale et l’entourage étant généralement les principales victimes de cette amnésie chronique, voire l’hygiène selon le tropisme du sujet pour le célibat et/ou la solitude. 154 ans plus tard, le 14 juin 2018, la grande ville de Moskva (Moscou pour les non-russophones), sise dans le district fédéral central a vu le coup d’envoi de la XXIè édition de la Coupe du monde de football. Le public du stade Loujniki a assisté à l’opposition déséquilibrée entre le pays hôte et l’Arabie saoudite, une affiche qui sentait bon le pétrole… et les idées, comme celle d’associer Robbie Williams et la Nolwenn Leroy du Tatarstan, Aida Garifullina, pour les festivités préalables. Une soprano prénommée Aida, c’est ce que l’on appelle un aptonyme, presque trop beau pour être vrai... En marketing, l’acronyme AIDA résume les étapes clés du processus de vente : attirer l’Attention, susciter l’Intérêt, provoquer le Désir et inciter à l’Action. Un programme qui constituerait une bien jolie feuille de route pour le mois à venir, au cours duquel je viendrai vous raconter mon Mondial. Du 14 juin au 15 juillet, pendant 32 jours, vous allez voir avec mes yeux. Je vous préviens, je suis (toujours) myope…

Opening_Ceremony_14062018

En 2014, Pitbull, Jennifer Lopez et Claudia Leite avaient interprété la chanson officiel du Mondial brésilien : We Are One (Ole Ola). C’est ce même trio qui s’était produit lors de la cérémonie d’ouverture. Pour la levée 2018, Will Smith, accompagné de Nicky Jam et Era Istrefi, leur succède avec Live It Up, un morceau produit par Diplo (+ Messi = le onze argentin). C’est donc en toute logique… Robbie Williams et Aida Garifullina qui furent chargés d’ouvrir le bal moscovite. Une douzaine de minutes où l’ancien leader de Take That a gratifié la caméra d’un doigt d’honneur et où Ronaldo – pas lui, l’autre – a effectué une feinte de frappe sur une mascotte. N’importe quoi…

Alors, oui, pendant les 30 prochains jours, il y a de fortes chances que vous croisiez plus souvent notre messagerie que notre trombine, que la réponse à toute proposition de sortie se heurte à un invariable refus MAIS, ce n’est pas pour autant que nous ne sommes pas contents d’avoir des nouvelles de personnes que l’on a perdues de vue. C’est le cas d’Iker Casillas, qu’on avait laissé en grande souffrance il y a 4 ans. Quel plaisir de le voir débouler en costard sur la pelouse du stade Loujniki, flanqué de Natalia Vodianova, mannequin russe de son état, et porteur d’un écrin d’une célèbre marque française de maroquinerie de luxe renfermant le trophée suprême. Natalia Vodianova étant l’épouse d’Antoine Arnault, fils de, les plus sagaces d’entre vous auront relié les points… Quel plaisir, en effet, de constater que l’ancien portier de la Roja est toujours capable de se saisir d’un objet sans le lâcher. L’histoire ne dit pas si San Iker a pu donner un ibère bécot à Natalie…

I've got the gift/Gonna stick it in the goal/It's time to move your body.”

En guise de hors-d’œuvre, les écrans géants du stade ont diffusé un petit clip présentant les 12 sites accueillant la compétition (Moscou x2, Saint-Pétersbourg, Sotchi, Rostov-sur-le-Don, Kazan, Samara, Nijni-Novgorod, Kaliningrad, Volgograd, Iekaterinbourg, Saransk) par le biais d’un gamin déambulant le ballon officiel au pied. Une sphère reçue de la Station Spatiale Internationale qu’il emmène jusqu’aux méandres de la Moskova, surplombée par un promontoire où un pianiste délivre quelques mesures du Concerto n°1 de Tchaïkovski. Ça en jette un poil plus que le Guide du routard, force est de le constater… Magie de l’image, on retrouve le minot en chair et en os tenant la main de Ronaldo à la sortie du couloir du stade Loujniki.

The show must go on mais before il doit start. Vêtu d’un costume imprimé léopard rouge, le natif de Stoke a entonné un Let Me Entertain You de circonstance. Puis la soliste de l’opéra de Vienne a fait son entrée – très modestement – sur un oiseau de feu aux ailes déployées. Peu impressionné, Robbie a poursuivi avec Feel tandis que les membres de la MJC de Moscou non occupés à jongler ou danser s’évertuaient à se placer de manière à former les lettres du mot LOVE. Aida l’a ensuite rejoint pour un duo sur Angels. J’avais 14 ans, j’écoutais ce morceau dans ma chambre, loin de me douter qu’un jour, And do they know/The places where we go/When we're grey and old trouverait un écho dans les tempes poivre et sel de son interprète… Mais point de temps pour le sentimentalisme, le sémillant britannique s’étant déjà dirigé vers le pied de la tribune officielle afin de conclure son set par une version quelque peu revisitée de Rock DJ, joignant le geste (l’exposition de son majeur tout autre doigt replié par ailleurs) à la parole modifiée (I did it for free). Entre-temps, Il Fenomeno avait feinté la mascotte Zabivaka, “celui qui marque”. Ils ont longtemps hésité avec “celui que peut-être c’est un loup mais en fait on sait pas vraiment, c’est toujours délicat d’être catégorique avec les mascottes et en plus, il se couche plus vite que Landreau sur les feintes de frappe” qui était sans doute un peu long.

La longueur, ce n’est pas ce que l’on peut reprocher aux 2 discours introductifs qui ont précédé le protocole d’avant-match. À tout saigneur, tout honneur, Vladimir Vladimirovitch Poutine a le premier pris la parole, décrivant la Fédération de Russie comme un “pays ouvert, hospitalier, chaleureux” (sic). Gianni Infantino lui a emboîté le pas, en 3 langues : russe, anglais, arabe. J’ai eu l’impression de lire un bouquin de chez Taschen… Gianni Infantino, c’est le nouveau président de la FIFA, connu autant pour sa calvitie que pour sa présence à tous les tirages au sort de l’histoire de l’humanité depuis celui entre Romulus et Rémus pour savoir qui dormirait dans la couchette du haut du lit superposé. Sauf qu’avec le Mondial en Russie, pour une fois, c’est une partie de la communauté internationale et pas Gianni qui a les boules…

4 minutes et 2 hymnes plus tard, nous voici au moment que le monde entier attend depuis si longtemps : la page de publicité de TF1.

Russie_Arabie-Saoudite_14062018

RUSSIE 5-0 ARABIE SAOUDITE /
GAZINSKY 12’, CHERYSHEV 43’, DZYUBA 71’, CHERYSHEV 90+1’, GOLOVIN 90+4’

La dernière fois que l’Arabie saoudite a croisé la route du pays organisateur en Coupe du monde, tout le monde ou presque s’en souvient. Au Stade de France, les Saoudiens s’étaient inclinés sur la marque de 4-0. Autant dire qu’il devait y avoir un soupçon d’appréhension de la part des Verts au moment de défier la Sbornaya.

Le 12 avril 1961, Youri Gagarine devient le premier homme à effectuer un vol dans l’espace. Parti de Baïkonour, il effectue une orbite en 108 minutes (record battu par Eddie Murphy à qui il a suffi de 102 minutes pour un Norbit en 2007). Si l’histoire ne se répète pas, il lui arrive de bégayer. Ainsi, c’est un Iury qui fut le premier homme à inscrire un but dans ce Mondial. Corner mal renvoyé de Zhirkov (encore un Yury), une-deux entre Golovin et le joueur du Zenit, centre parfait du premier vers le second poteau, à destination de Gazinsky qui croise parfaitement sa tête. Le milieu de terrain du FK Krasnodar ne s’élève pas aussi haut que son illustre homonyme dans le ciel moscovite, mais cela lui suffit pour avoir la tête dans les étoiles et faire chavirer le stade Loujniki. (1-0)

Sur un contre russe, Dzagoev interrompt brutalement sa course et porte immédiatement la main à sa cuisse. Il doit sortir, remplacé par Cheryshev. Alan n’a pas de pot…

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Moins de 20 minutes après son entrée en jeu, Cheryshev efface habilement 2 défenseurs saoudiens, trompés par la malice de Denis, avant de conclure d’un tir puissant du gauche. (2-0)

À la 70è, le sélectionneur russe, Stanislav Cherchesov procède à son 3è et dernier remplacement. Dzyuba supplée Smolov.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Moins de 2 minutes après son entrée en jeu, la montagne russe Dzyuba (1,96m, 90kg) met la tête à l’endroit pour propulser un nouveau centre de Golovin hors de portée d’Almuaiouf. (3-0)

Sortir du banc pour planter un pion 90 secondes plus tard quand on s’appelle Artem, ça ne manque pas d’R…

Aux prémices du temps additionnel, Cheryshev vient corser l’addition d’un sublime extérieur du pied gauche, s’adjugeant par la même occasion le titre d’homme du match ainsi que le trophée Andrés Mendoza. Bravo, c’est mérité. (4-0)

Le dernier frisson, de plaisir ou d’horreur, selon qu’on est originaire d’un pays producteur de pétrole ou… enfin selon l’équipe nationale que l’on supporte, quoi, viendra du pied droit de Golovin. Après avoir offert 2 balles de but à ses coéquipiers, il transforme un coup franc qu’il a lui-même obtenu d’une jolie frappe du droit, prouvant qu’il est aussi fort que sa cousine éloignée Tatiana pour envoyer les balles dans les filets. (5-0)

Le directeur de jeu laisse à peine le temps aux Saoudiens d’engager et interrompt le récital de la Sbornaya. Auteure d’une prestation collective aboutie, elle n’a laissé aucune chance à son adversaire du jour. Elle a du cœur, cette armée rouge…

L’image de cette première journée, c’est celle de Vladimir Poutine, assis près du prince héritier du royaume d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salman, le président russe, magnanime, écarte les bras vers son homologue comme pour s’excuser après chaque but inscrit par la Russie. Dans Danse avec les Tsars, on est toujours généreux quand les gens marquent…

À тантôт…

Leave a Reply

Envie de réagir ?

1/ Saisissez votre texte dans le cadre ci-dessous.
2/ Sélectionnez votre profil dans la liste déroulante : si vous disposez d'un compte (Google, etc.), identifiez-vous. Sinon, vous pouvez entrer un nom ou pseudo sous "Nom/URL".
3/ Cliquez sur "S'abonner par e-mail", pour être prévenu dès qu'une réponse sera postée.
4/ Enfin, cliquez sur "Publier". Job done!

Merci à vous !